jeudi 3 avril 2014

Citations favorites #2

Coucou,
Je vous retrouve pour une deuxième session de citation et d'extraits. Je me suis dit que ce serait amusant de vous en mettre de temps en temps. Et puis ça vous permet de découvrir d'autre livres :)
 Je dédicace cette article à ma grande sœur alias Mademoizelle Dreamily.

«Un pas en arrière : celui qu'il fallait pour perdre l'équilibre. J'eus le temps de voir Wynter tendre la main, l'ultime tentative. Mais aucune force, cette fois, n'aurait pu me maintenir dans les airs. Parce que je ne le désirais pas.»
#Bal de givre à New York

«Je t’aime. Souviens-toi. Ils ne peuvent pas nous enlever ça.»
#Délirium.

«Elle avait un visage d’ange
Et des étoiles dans les yeux.
Nous ne faisions qu’un, tout deux
Unies dans le mensonge.
En lui je voyais mon avenir,
En lui je voyais un ami,
En lui je voyais mon destin,
Mon commencement et ma fin.»
#Halo, L’amour interdit.

«Certains secrets ne sont pas destinés à être partagé sous peine de détruire ceux qui les détienne.»
#Maudites, tome 3.

«Les super pouvoirs, ça ne fait pas toujours des super héros.»
#Gone, tome 2, La faim.

«(...), la question n'était pas de savoir de quoi on avait l'air, mais quelle attitude on offrait, quelle vision de soi on avait. (...), Shay se savait spéciale, et cela suffisait pour qu'elle le soit.»
#Specials.

«Elle s'est approchée de moi. Très prés. Vraiment très prés. Jusqu'à ce que je ne puisse plus la voir mais seulement la sentir, avec une intensité et une proximité jusqu'ici inégalées.
Là, nous nous sommes fondus l'un dans l'autre. Littéralement. Comme si nous n'avions été q'une seule et même personne.
J'éprouvais une sensation de chaleur, de sérénité, de beauté à l'état pur. Je faisais partie de Célia, elle faisait partie de moi. Cela n'a beau avoir qu'un instant, l'émotion a paru si forte qu'elle m'a semblé pouvoir se prolonger toute la vie. Je savais que je n’oublierais jamais ce moment. Comment aurais-je pu ?»#Witch & wisard, les rebelles du nouvel ordre.

«En fait, je me trompais d'adversaire. Je regardais au dehors, alors que n'importe qui aurait pu dire que quelqu'un se trouvait exactement au milieu de tout ça. Moi. Il n'y avait que moi qui percever les numéros. Je voyais des choses que personne d'autre ne voyait. Mes yeux, mon esprit, moi. Qu'ils soient réels ou que je les aie imaginés, les numéros faisaient partie de moi et je faisais partie d'eux.»#Intuition, tome 1.


«Là encore, il partageait un secret, quand je n'avais rien à lui donner en retour, et pour une fois, ses yeux n'étaient pas vides : j'y lisais quelque chose, une émotion qui lui faisait mal.
Je n'étais pas prête à souffrir.»
#Fièvre.

«Mes mots ne durent jamais longtemps. Je dois les détruire avant que quiconque puisse les lire.
Mes je les oublie jamais. Le simple fait de les écrire les grave dans ma mémoire. Difficile de trouver les bons mots. Chaque fois que j'écris, je m'en approche. Et que je retrouverai Ky, ce qui arrivera, j'en suis sûre, je lui murmurerai mes mots à l'oreille, contre ses lèvres. Et de cendre, de rien, ils redeviendront chair et sang.»
#Promise.

«Il me connaissait trop bien.
Il pouvait lire dans mon coeur.
Il savait exactement ce qu'il faudrait
Pour que j'accepte cette sauvagerie.
"Que choisis tu ? me demande-t-il Tu me laisse partir, ou je le tue."
Je lève le fusil. Le braque sur son coeur.
"J'ai pris ma décision."
Il ne bronche pas. Ne cille même pas.
"Il te suffit d'avoir envie de me tuer pour te perdre.
- Je sais."
J'appuie sur la détente. Une balle en argent jaillit du canon.
Je n'ai aucun regret...»#Grace divine.


«Et juste en dessous de moi, il y a Travis, le corps ensanglanté. Il tend les mains vers moi, et je suis soudain paralysée par la peur. À cause de la façon dont il se tient, dont il s'étire pour m’accueillir, à cause du sang séché qui macule sa peau et de sa façon de m'attendre, en dessous - comme s'il voulait me dévorer.»#La forêt des damnés.

«Elle les regarda rire ensemble et se sentit submergée de tristesse et de joie à la fois. De tristesse parce qu'elle se sentait exclue et de joie parce qu'elle savait qu'ils s'en sortiraient, avec ou sans elle.»#La fille qui ne croyait pas aux miracles.

« - Maman ! Papa !
Je répétais sans cesse ces deux mots. mes parents n'allaient plus être que des mots. Maman. Papa. Des mots impalpables. Des mots qui, avec le temps, devinrent la douleur même. Maman...Papa...»
#Argentina, Argentina...

«Si ça avait été la vue, cela aurait donné des millions de lampes brillant comme des bijoux dans un jaillissement d'étincelles multicolores.
Si ç'avait été le toucher, elle aurait parlé de pression, pas inconfortable mais de celle qui vous ôtent toute forme de douleur. Comme un torrent qui lui coulerait à travers le cerveau, emportant miasme et déchets.
Si ç'avait été le goût, elle l'aurait décrit comme de l'eau fraîche qu'elle boirait avidement , tel un coureur épuisé et à la bouche desséchée. C'était électrifiant , époustouflant. Cela ne faisait pas que chasser sa douleur, cela lui rendait la vie.»
#Prémonition, tome 1, Étranges pouvoir.

«Le gendarme inspire profondément. Voila il y est. Dire la vérité. Brutalement. Laisser un espoir au gamin et à sa mère qui sortira prochainement de l'hôpital serait d'une lâcheté cruelle. Toute sa vie, le gamin réanimera ce feu qui n'existe pas et ça l'empêchera de vivre sa propre vie. D'essayer de vivre. De réussir peut-être à refouler si loin les souvenirs que sa mémoire s(éteindra enfin. Alors seulement il pourra avancer et se construire un avenir.»
#Rien qu'un jour de plus dans la vie d'un pauvre fou.

«Je l'embrasse avec tant de fougue que j'ai peur qu'il ne tombe en morceau.
- Tu crois que je me rends compte un peu, moi, de ce que c'est d'être en vie ?
- Sans vouloir te vexer, non, carrément pas. Personne n'y arrive. Même pas les saints et les poètes, si tu veux mon avis. Disons que toi, tu es un peu moins inconsciente que la majorité des gens. Par exemple, tu écoutes la musique. Tu laisses les chansons te toucher. C'est rare. Il y a des chansons qui te font pleurer ?
- Bien sûr.
- Eh bien quand tu es mort, le monde entiers est comme une chanson qui te donne envie de pleurer.»
#J'ai embrassé un zombie (et j'ai adoré).

 Je tiens à préciser que tout les extrait cités ci-dessus viennent des livres que j'ai lu et c'est moi qui les ai choisis. N'hésiter pas à me dire, si ce genre d'article vous plaît, j'en ferai plus souvent. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire