dimanche 14 décembre 2014

Une semaine, un poème #6

Salut,
Je vous retrouver pour le rendez-vous du Dimanche. J'en profite pour vous dire que Li participe également à ce rendez-vous. Je rappelle le principe, chaque semaine, je partage un poème.



Le poème de cette semaine est mon poème préféré à ce jour. Je l'ai découvert récemment et c'est un coup de coeur que j'avais envie de partager avec vous.
     

Les mains d'Elsa

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes main à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon coeur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement. 

Fou d'Elsa, Louis Aragon, 1963.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire