dimanche 21 juin 2015

Une semaine, un poème #31


La nuit

L’ultime à qui je me confis
L’innovatrice de mes pensées et de mes ennuis
L’impératrice de mes acomptes et mes puis
Je te suis
Reconnaissante jusqu’à la tombe
Ma vie de l’exorde au comble
Toi qui as tant empêché mes précipitations
Qui m’a prêté tant d’estime et d’attention
Qui as su m’écouter et préserver mes secrets
Qui était présente lors du rêve qui est devenu concret
Dans ton calme je trouve refuge
Dans ta noirceur je suis confuse
Et dans ton règne tu es ma muse

Rhita Benjelloun

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire