mercredi 11 novembre 2015

Des mensonges dans nos têtes de Robin Talley



Quatrième de couverture :

1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent — parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté.
C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent… mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer — parce que les mensonges des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours…

Mon avis :

Avant de commencer ma chronique, je tenais à remercier Babelio ainsi que les éditions Mosaic pour m'avoir gentiment offert de roman en l'échange de cette chronique dans le cadre des masses critiques.
Des mensonges dans nos têtes racontent l'histoire de Sarah Dunbar, une jeune fille noire qui va intégrer pour la première fois, avec sa petite sœur et d'autres amis de couleur, un lycée pour blanc dans l'espoir de mettre fin à la ségrégation. Comme elle s'y attendait, sa rentrée est un vrai cauchemar, elle doit faire face à de la violence verbale et physique. Mais ce qui la perturbe davantage, c'est son attirance pour une jeune fille de son âge, blanche..

Ce roman ne fait absolument pas partie du genre de livre que j'aime lire habituellement. Pourquoi ?  Pour deux raisons : il se déroule dans le passé et il traite de sujet dur à savoir la ségrégation et l'homosexualité. Cependant j'ai envie de m'ouvrir dans mes lectures et c'est pourquoi j'ai choisis de le lire. Il n'empêche que j'avais un petit peu d'appréhension au début de ma lecture, l'action commence directement et on a pas le temps de s'y préparer. On y est. On est une jeune fille noire qui rentre en plein milieu de la ségrégation dans une école blanche. Et si notre héroïne y étais prête, moi pas du tout. Je savais vaguement dans quoi je m'engageai, je savais que ce roman allait être dur pour ma petite âme sensible mais les première pages m'ont carrément choqué. Que ce soit les propos des élèves qui accueille Sarah ou ses propos à elle, j'étais choquée.

J'aime beaucoup l'intrigue du roman qui est vraiment très intéressante mais j'ai eu un peu de mal à accrocher au début. Je pense honnêtement que je n'étais pas dans l'humeur nécessaire pour lire ce genre de roman et du coup le début a été plutôt difficile. Mais, je l'ai lâché pendant trois, quatre jours durant lesquels je n'ai rien lu et quand je m'y suis remise et bah j'ai l'ai fini très rapidement. Je suis tout de suite rentrée dans l'histoire et j'avais hâte de connaitre la suite à chaque page.
Il faut savoir que le roman est découpé en partie et que chaque partie n'a pas le même narrateur. Si on a tout d'abord le point de vue de Sarah, on a ensuite celui de Linda et c'est ainsi durant tout le livre. J'ai adoré ce changement de point de vue encore plus que d'habitude parce qu'il m'a paru vraiment important. Sarah et Linda sont deux personnages qui m'ont beaucoup touché chacune à leur façon et j'avoue que ça m'a un peu surprise. Pour dire vrai, j'étais certaine que le personnage de Sarah allait m'émouvoir pour des raisons évidentes mais pour ce qui était de Linda je m'y attendais pas. Et pourtant d'elle d'eux, c'est elle que j'ai préféré, et qui m'a le plus touchée. Sa vie, son rôle m'a paru dix fois plus dure que celui de Sarah parce que cette dernière sait qui elle est et même si elle doit subir un enfer au lycée chaque jour, elle est entourée de gens qui l'aime, qui la soutienne et qu'il lui donne une raison d'y croire. Alors que Linda est embarqué dans des idées qu'elle a toujours cru vrai et qu'elle doit remettre en cause aujourd'hui quitte à changer qui elle est et à se rebeller contre ceux qui l'entourent. En outre, ces deux personnages m'ont aussi beaucoup agacé  chacune à leur tour pour les mêmes raisons. Si la haine des noirs quand on est blanc est assez évidente, le contraire existe aussi et ça je m'y attendais pas.

Pour conclure, j'ai adorée le message sur la tolérance, l'acceptation, la différence, les préjugés,  délivrée par l'auteur dans ce roman. J'ai beaucoup aimé comment ça c'est fait notamment les titres des chapitres qui sont des mensonges. En fait j'ai adoré le principe du roman. Cela dit, je l'ai trouvé assez prévisible  et ça c'est dommage. Finalement il ne m'a pas tant emportée que ça, il me manquait un je-ne-sais-quoi pour le rendre particulier à mes yeux. Il n'en reste pas moins que c'est un roman que j'ai beaucoup aimé et que je vous conseille avec plaisir.

Ma note : 


Extrait :

"Nous nous punissons nous-mêmes pour des fautes qui n’existent que dans notre tête et nous finissons par nous convaincre que ce que nous faisons, nous pensons, est mal."

2 commentaires:

  1. En fait c'est quoi la "masse critique" ?
    Ta chronique me tente beaucoup ❤
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te laisse aller voir par toi même : http://www.babelio.com/massecritique.php
      Bah n'hésite pas ;) <3
      Bisous Vi'

      Supprimer