mercredi 17 août 2016

Silhouette de Jean-Claude Mourlevat



Quatrième de couverture :

Lorsqu'elle découvre que son acteur préféré tourne un film près de chez elle, Pauline s'inscrit au casting pour être " silhouette". Puisque ses jours sont comptés, monsieur Duc tente de se faire pardonner des personnes qu'il a pu blesser au cours de sa vie. Dans le car qui l'emmène en colo, Guillaume décide de retourner délivrer son chat qu'il a enfermé par erreur dans sa chambre.

Un recueil de nouvelles teintées d'humour noir, dont les chutes tombent comme des couperets.

Mon avis :

Jean-Claude Mourlevat est un auteur que j'avais déjà lu et bien apprécié. En effet j'avais bien aimé Terrienne ainsi que les deux tome de La rivière à l'envers. Je m'attendais donc à apprécier ce roman là de la même façon si ce n'est plus. Et malheureusement, je dois avouer que je suis plutôt déçue de ma lecture. 

Malgré le fait que je ne sois pas friande de recueil de nouvelle, j'ai commencé celui-ci avec beaucoup d'enthousiasme. La première nouvelle qui raconte l'histoire de Pauline m'a plu par sa simplicité. Je l'ai trouvé très sympathique même si je n'ai pas rie. Elle annonçait un très bon recueil. La deuxième nouvelle fut encore meilleure parce qu'elle m'a fait beaucoup, beaucoup rire. Je dois avouer que celle que j'ai préféré. Quant à la troisième elle fut tout aussi bien que la première malgré la chute un peu prévisible.

C'est à partir de la quatrième nouvelle que tout à dégringolait. Je ne l'ai pas du tout aimé et elle m'a carrément fait flipper. Les quatre autres qui ont suivis ne m'ont pas tout plu non plus. J'y ai trouvé aucun intérêt, aucune émotion, aucune surprise et parfois même un peu d'ennuie. 

Alors que je n'y croyais plus, j'ai commencé la neuvième nouvelle et finalement elle m'a beaucoup plu. Je l'ai trouvé très touchante et j'ai bien aimé son réalisme. Enfin la dernière nouvelle a été plaisante, elle m'a fait sourire. On retrouve un clin d’œil très sympathique au livre même si l'histoire hors de ce recueil n'est pas terrible.

Pour conclure, je dirai que ces nouvelles ont été assez décevantes au final, même si elles se lisent très vite et sont merveilleusement bien écrites.

Ma note : 5/10



Extrait :

"Ils avanceraient ainsi, ensemble, pendant les années qu'ils leurs restaient à vivre. Ils avanceraient en réparant, en accommodant, en apaisant, en remettant de l'ordre dans ce qui était dérangé, en redressant ce qui état tordu dans le paysage de leurs âmes. De la même façon qu'on range une maison, un jardin, avant de partir, afin de les laisser propres pour soi même quand on y reviendra ou, si on ne devait jamais y revenir, pour ceux qui y viendraient à votre place."

2 commentaires:

  1. Mourlevat étant un de mes auteurs préférés, c'est un livre que je compte bien lire. En espérant un peu plus apprécier que toi quand même ^^

    RépondreSupprimer