mercredi 26 août 2015

Je m'appelle Budo de Matthew Dicks



Quatrième de couverture :

Aussi longtemps que Max croit en moi, j'existe. Les gens disent que c'est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n'est pas vrai : j'ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j'étais là le jour où il a disparu. Je sais qu'il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l'aider.

Mon avis :


Quand j'ai découvert ce roman sur une vidéo YouTube il y a plus d'un an je crois j'ai eu tout de suite envie de le lire. Il est resté dans ma wishlist très longtemps parce que je ne le trouvais pas en librairie, jusqu'à ce que je le commande sur internet. Et je suis très contente de l'avoir fait parce que ce livre a été un très joli coup de cœur. Dans ce roman, on découvre Budo, un ami imaginaire, celui de Max, un enfant différent des autres. Un jour, il se fait enlever et la seule personne capable de l'aider c'est Budo. Seulement ce n'est qu'un ami imaginaire, de ce fait personne excepté Max ne peut le voir ni l'entendre...

Je m'attendais à une lecture toute douce, légère et amusante. Mais à ma grande surprise elle s'est révélé être beaucoup plus profonde que ça. Quand j'ai commencé ce roman, je n'avais presque aucune idée de quoi il parlait, tout ce que je savais c'est ce qui est écrit sur la couverture. Du coup je me suis laissé entraîné dans cette histoire tranquillement pour découvrir le monde des amis imaginaire. Ce qui est bien quand on ne connaît pas l'intrigue, l’événement déclencheur de l'histoire qui est généralement écrit dans la quatrième de couverture, c'est que du coup on ne l'attend pas. Ce qui nous permet de bien entrer dans l'histoire et de profiter de ces pages de présentations. J'ai adoré découvrir le fonctionnement d'un ami imaginaire qui m'a fascinait beaucoup plus que ce que j'y m'attendais. J'ai eu l'impression d'entrer un univers magique alors qu'en fait pas du tout. J'adore le principe de l'ami imaginaire, le fait qu'un enfant puisse croire en quelqu'un et le créer de cet façon. 

J'ai adoré découvrir la vie de Budo et le suivre dans toutes ses réflexion, ses incompréhension. Ce qui est assez marrant c'est que Budo n'est pas un enfant, mais n'est pas adulte non plus. Bien qu'il n'est que six ans, il comprend pas mal de chose que la plupart des amis imaginaire et même Max ne comprend sans pour autant tout comprendre. Ce qui le rend vraiment attachant et adorable. J'ai également beaucoup aimé Max, cet enfant avec des difficultés qui m’intriguait beaucoup mais aussi ses parents qui m'ont beaucoup touché.  Les autres amis imaginaires m'ont tout aussi plu, ils sont assez différent les uns des autres mais tout ce qui leur importe au final, c'est leur petit être humain et j'ai trouvé ça trop mignon. 

Ce roman fait preuve d'une grande originalité tout en restant très simple et dans un univers tout à fait normal et je trouve ça épatant. J'ai trouvé que ce roman avait quelque chose de magique alors que tout est réelle. Oui je sais les amis imaginaires n'existent pas réellement mais c'est courant dans notre monde que les enfant en un. Je m'appelle Budo est un livre qui m'a beaucoup touché et je m'y attendais vraiment pas. Je dois vous avouer que j'ai beaucoup pleuré pas seulement de tristesse mais aussi de joie. J'ai adoré la fin, elle est juste sublime et très émouvante. 

Pour conclure, ce roman a été un coup de cœur vraiment inattendu. J'ai pris le temps de lire ce livre, de le savourer pour le finir, complètement bouleversé. Il se lit avec une grande facilité et vraiment je vous le recommande.   


Ma note : 

Extrait :

"Peut-être que chacun de nous est le diable de quelqu'un."

6 commentaires:

  1. Merci pour cette belle découverte :)

    RépondreSupprimer
  2. Un de mes plus gros coup de cœur de l'année dernière <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en doutes pas, ce livre est une petite perle ;)

      Supprimer
  3. Ma foi, ça me donne tout de suite envie d'aller emrpunter ce livre à la médiathèque !!

    RépondreSupprimer